« Histoire du chocolat », de Nikita Harwich : une lecture délicieusement chocolatée…

Nikita Harwich, professeur d’histoire et de civilisation de l’Amérique Latine à l’université de Paris X-Nanterre, s’est intéressé au mets exotique qui ravie les papilles des plus petits comme des plus grands : le chocolat. L’étude, très bien documentée, commence des millénaires avant Jésus-Christ, pour se terminer à notre époque. Sur cette longue échelle de temps, l’auteur a principalement axé ses recherches sur l’économie de cette confiserie. 

Difficile de ne pas avoir l’eau à la bouche en lisant le mot « chocolat », inscrit sur la page de couverture de l’ouvrage. Les éditions Desjonquères (Paris) offrent une belle couverture embellie de l’allégorie de l’Amérique, berceau de la fève de cacao. Cette dernière plonge déjà le lecteur gourmand dans l’univers tropical et savoureux du cacao.
Sur près de 320 pages, Nikita Harwich a tenté de partager un maximum d’informations essentielles relatives à l’histoire et à l’économie du chocolat, sans étouffer le liseur. La première partie sur la mythologie et les civilisations latines antiques, très intéressante, aurait tout de même méritée un peu plus de longueur. Le professeur Harwich condense les données sur ces thèmes, au profit de l’économie chocolatière, sujet qui s’étend largement au grès des autres chapitres. Beaucoup de chiffres sont donnés, lesquels peuvent provoquer des céphalées chez certains lecteurs ! Ils restent, néanmoins, fondamentaux, en contexte économique et financier. Ils permettent, en effet, une meilleure compréhension ainsi qu’une bonne visualisation des faits. 
Esclavage, productions, émergence des premiers chocolatiers, développement des industries, consommation… Nikita Harwich étudie vraiment en profondeur l’aspect économique, au fil des siècles, de cette ambroisie qui séduit l’homme depuis sa découverte. L’ouvrage nous ouvre les portes de la réflexion et aide à appréhender l’industrialisation chocolatière, la surconsommation du produit et les méthodes de production, lesquelles possèdent leur part d’ombre…
La lecture reste réellement accessible, grâce au style d’écriture simple et fluide, apportant du concret, et possède comme un goût prononcé…de chocolat. 

Ma note : 4/5. 
Pour qui ? : les amateurs d’Histoire et d’économie, les grands amoureux du chocolat, les lecteurs en quête d’exotisme ou qui veulent tout simplement se cultiver.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :